C’est un classique imprévisible, un soleil d’automne aux éclats tantôt ardents, tantôt ardus, souvent hardis. D’jazz Nevers Festival déploie sa 32e édition du 10 au 17 novembre, plaçant valeurs sûres et futurs grands en équilibre sur une ligne artistique exigeante. Le millésime est marqué par les retrouvailles attendues avec le bercail originel du Théâtre municipal.

Dans le monde rêvé de Roger Fontanel, chacun prendrait vacances ou RTT pour s’offrir un grand bain de jazz(s), oreilles en éventail, le temps de D’Jazz Nevers Festival. Tant les superlatifs pleuvent de la bouche du directeur, à l’heure de présenter en détail la programmation de la 32e édition, du 10 au 17 novembre. Ame et homme orchestre d’un événement adoubé par les artistes et les professionnels de la profession (France Musique et France Télévisions y ont leur rond de serviette, aux côtés des médias spécialisés), Roger Fontanel est le garant d’une ligne artistique claire, exigeante sans être éthérée : « La philosophie n’a pas changé, nous voulons réunir le public le plus large, tordre le cou à l’idée que le jazz et ce festival sont élitistes. »

D’Jazz Nevers Festival sollicite la curiosité, récompensée d’émotions que seule apporte la musique « live » : le charme fascinant de la virtuosité, l’intensité de l’interprétation, l’alchimie des musiciens sur les chemins sauvages de l’improvisation. Ils étaient environ 8 000 l’an passé à s’en régaler, ils devraient être davantage cette année, grâce au retour du festival en « son » Théâtre municipal, après trois ans de travaux et près d’une décennie d’attente. Six concerts – sur la petite trentaine au programme – s’y dérouleront : « La jauge est de 350 places, alors qu’elle est de 100 à l’auditorium Jean-Jaurès. Cela devrait avoir une incidence sur la fréquentation », avance Roger Fontanel. Hasard ou clin d’œil de la programmation, l’une des têtes d’affiche de cette édition, le saxophoniste chicagoan Steve Coleman, avait joué au théâtre en 2009, quelques mois avant la fermeture ; eu égard à son aura, il sera sur la scène de la Maison de la culture de Nevers Agglomération, dont les 900 fauteuils devraient être copieusement garnis pour écouter l’alerte sexagénaire et ses « Five Elements ».

L’ensemble de la programmation est à découvrir sur le site www.djazznevers.com, où les billets sont en vente. Ils sont également disponibles dans le hall de l’office de tourisme, du 19 septembre au 9 novembre (de 15 h 30 à 17 h 45, du mardi au samedi), puis pendant le festival (sauf le 11 novembre), ou au 03.86.57.00.00.

X