Une équipe de la chaîne de télévision allemande ZDF est venue à Nevers et au Bec d’Allier, dans le cadre d’un reportage sur la Loire, ses crues et leur gestion. Vice-présidente de Nevers Agglomération en charge du cycle de l’eau et des services publics associés, Isabelle Bonnicel a témoigné des moyens mis en œuvre par la collectivité face aux colères du fleuve.

En aval du pont de Loire, avec le centre historique de Nevers pour décor de carte postale et le sourd mugissement des flots en bande son, l’endroit était idéal pour raconter la cohabitation entre le dernier fleuve sauvage d’Europe et les hommes. C’était le lieu choisi, jeudi 9 mars, pour le tournage d’un reportage qui sera diffusé dans l’émission Plan B de la ZDF, chaîne publique de la télévision allemande, et ultérieurement sur Arte par Regards (1).

« Plan B est une émission qui montre des dynamiques positives par rapport à des problèmes donnés », explique Marie Villetelle, journaliste française installée en Allemagne depuis plusieurs années, qui est venue dans la Nièvre en compagnie de Frederik Klose-Gerlich, caméraman, et de Lennart Lang, preneur de son. « Pour parler des inondations, il y aura des reportages aux Pays-Bas, en Allemagne, et en France. Nous avons choisi la Loire et le Bec d’Allier parce qu’il y avait eu une forte mobilisation dans les années 1990 contre la construction de barrages. En Allemagne, beaucoup de fleuves et de rivières prennent exemple sur la Loire. »

Ne pas dénaturer le fleuve et ses grands affluents comme l’Allier en multipliant les barrages, mais chercher le meilleur compromis entre la préservation de l’environnement et la sécurité des populations, tel est l’enjeu des politiques publiques menées depuis des décennies. À Nevers, le souvenir des crues anthologiques de 1846, 1856, 1866 et 1907 est gravé dans les mémoires et dans la pierre des maisons riveraines. Plus récemment, les inondations de 2003 et 2008 ont rappelé que l’agglomération n’était pas à l’abri d’un nouveau déchaînement centennal.

Dans le cadre de la Stratégie locale de gestion du risque inondation (SLGRI) élaborée en 2016 par l’État et Nevers Agglomération, un Programme d’actions de prévention des inondations (PAPI) de 23 M€ a été validé pour la période 2017-2022. Parmi les sept chapitres, l’un des plus importants est probablement le renforcement des digues – 5,8 km de digues domaniales (d’État) rive gauche et 7,7 km de digues communales rive droite à Nevers dont la gestion incombe, depuis le 1er janvier 2018, à Nevers Agglomération.

Vice-présidente de l’agglomération en charge du cycle de l’eau et des services publics associés, Isabelle Bonnicel (2) a détaillé, devant la caméra de la ZDF, la gestion du risque inondation et les enjeux pour la population :

  • 12 800 habitants en zone inondable sur le territoire de Nevers Agglomération (soit 18 % de la population),
  • 450 activités économiques,
  • 5 700 logements,
  • un poste source électrique alimentant 28 000 abonnés,
  • une station de détente de gaz qui dessert le val de Loire jusqu’à Cosne-sur-Loire,
  • 5 stations de production d’eau potable.

Si une des grandes crues du XIXe siècle se produisait à nouveau, l’impact financier serait évalué à 480 M€, dont 75 % pour la rive droite à Nevers. En 2012, Challuy, Sermoise, Coulanges-lès-Nevers, Marzy, Fourchambault et Nevers ont été classées Territoire à risque important d’inondation ayant des conséquences de portée nationale (TRI).

Actions en cours

En 2017-2018, plusieurs actions sont menées sous maîtrise d’ouvrage de Nevers Agglomération : installation de protections amovibles au niveau du quartier de la Fonderie à Fourchambault (second semestre 2018), réhabilitation de la station de production d’eau potable de Nevers (2018), installation de 18 ensembles pédagogiques sur les crues à Challuy, Fourchambault, Germigny-sur-Loire, Nevers et Sermoise-sur-Loire (finalisé), refonte du site internet Egrian (Étude globale du risque inondation de l’agglomération de Nevers) qui deviendra le site de la SLGRI et du PAPI (en cours).

Sous maîtrise d’ouvrage de l’État, les travaux de renforcement des digues domaniales seront lancés fin 2018, et la révision des plans de prévention du risque inondation (PPRI) est en cours.

(1) Les dates de diffusion ne sont pas encore connues.
(2) Isabelle Bonnicel était accompagnée d’Éric Bastaroli, chargé de mission Environnement et Risques à Nevers Agglomération.
X