En quelques années, les réseaux sociaux ont bouleversé la communication des commerçants, leur relation au client. Difficile d’y échapper, mais plus difficile encore de ne pas s’y perdre sans repères ni méthode. Le cycle Commerçant numérique, financé à 90 % grâce au Fisac (Fonds d’intervention pour les services, l’artisanat et le commerce), éclaire le chemin.

Dans l’atelier bien tassé à l’étage de son magasin, ses gestes et ceux de ses salariés récitent une partition presque ancestrale. Bijoutière, joaillère, gemmologue, expert judiciaire, expert national : la carte de visite de Corinne Morizet est elle aussi bien serrée. Elle s’enjolivera à l’automne d’une ligne invisible mais précieuse, le « cycle Commerçant numérique » de six ateliers d’une demi-journée suivis, avant et après l’été, dans les locaux de CCI Formation.

Environnement numérique, stratégie web marketing, outils web in store, réseaux sociaux, site Internet, E-marketing… L’art et la manière d’être un commerçant 2.0 n’auront plus de secrets pour une demi-douzaine de gérants ou salariés de boutiques du centre-ville neversois. Une formation nécessaire, pour Corinne Morizet : « On ne peut plus fonctionner sans Internet, surtout sans réseaux sociaux. On est obligés de s’y mettre. Je suis sur Facebook et Instagram, depuis deux ou trois ans, mais je le fais en anarchiste (rire), je n’ai pas de méthode. Je me suis inscrite à ce cycle pour avoir une méthodologie, ne pas perdre de temps sur mon ordinateur. Le numérique ne révolutionne pas mon métier mais il renforce mon lien avec mes clients et il peut me permettre d’avoir une nouvelle clientèle. C’est une autre façon de faire de la pub, de mettre en avant mon savoir-faire. »

Proposé dans le cadre du Fisac, le cycle Commerçant numérique revient à 10 % de son coût réel pour chaque participant ; les 90 % restants sont pris en charge à parts égales par la Ville de Nevers, la CCI Nièvre et la subvention Fisac. « S’il n’y avait pas eu le Fisac, je n’aurais pas fait cette formation », reconnaît Corinne Morizet.

Le cycle a été taillé sur mesure par CCI Formation pour le Fisac : « Le leitmotiv, c’est le pragmatisme », explique Laurent Mary, chargé de développement commerce à la CCI. « Chaque participant a des objectifs concrets qui diffèrent selon ses moyens humains et financiers. » Bijouterie, lingerie, chaussures, presse, photographie, immobilier, poissonnerie, les filières des apprenants sont variées mais l’objectif reste le même : « Si on veut redynamiser le commerce de centre-ville, il faut aider les commerçants à se mettre à jour. »

X