Menu

Le pont de Plagny, à Challuy, a été récemment le théâtre d’un chantier singulier, consistant à faire passer une nouvelle conduite d’eau potable au-dessus du canal latéral à la Loire. Acier, béton et matière grise ont servi d’ingrédients de la solution technique spectaculaire élaborée par les bureaux d’études de la SADE et de Nevers Agglomération.

Les 24 mètres d’acier se posent avec des délicatesses faïencières sur leurs supports. Parallèle au pont du canal latéral à la Loire, le tube de 40 cm de diamètre fabriqué à Imphy est enfin prêt à abriter la conduite d’eau potable, sertie dans une couche d’isolant antigel, qui remplacera la vétuste canalisation desservant le quartier de Plagny.

Deux socles d’un mètre cube de béton ont été coulés de chaque côté du pont pour permettre le franchissement du canal. Interdiction formelle de Voies navigables de France de passer dessous ou de raccrocher le tube d’acier à l’ouvrage d’art : la mise en place d’une conduite aérienne était la seule solution pour cette étape importante du chantier d’interconnexion des réseaux d’eau potable de Nevers et de Challuy et de renouvellement de près de 2 km de conduites. Elle a été élaborée par les bureaux d’études du service Eau-Assainissement de Nevers Agglomération et de l’entreprise titulaire du marché de travaux, la SADE, pour un coût (15 000 €) finalement moins élevé que la solution initiale d’un passage sous le canal.

Après le forage dirigé réalisé en octobre sous le rond-point de la 1ère-Armée-Française, la conduite aérienne illustre la maîtrise technologique que requiert ce chantier marathon (1) essentiel pour la sécurisation de l’approvisionnement en eau potable du sud de l’agglomération, en particulier pour les 2 000 abonnés desservis par le réseau de Challuy-Sermoise, et pour lutter contre les fuites.

Prochaine étape d’une opération débutée en septembre 2018, l’interconnexion sera lancée lundi 21 janvier, au carrefour de l’avenue du Stand, de la route de Sermoise et de la route de Lyon. Trois semaines de travaux sont prévues avec, par la même occasion, le remplacement de 220 m de canalisation et de 9 branchements. L’ultime phase du chantier consistera en la construction, d’ici l’été, d’un surpresseur en lisière du rond-point de la 1ère-Armée-Française, pour que l’eau venant de Nevers – en cas de panne sur le réseau de Challuy – puisse combler les 80 m de dénivelé entre le rond-point et le château d’eau de la Chaume-des-Pendus.

  1. Le coût global de 800 000 € est assumé par Nevers Agglomération, au titre de son budget eau-assainissement.
X