Du beau jeu, de l’enjeu, du suspense, des tribunes bondées et le Palais ducal en toile de fond : le succès a été total pour l’étape neversoise des Masters de pétanque, du 28 au 30 août. Si le bilan à chaud est satisfaisant, Nevers Agglomération se donne le temps du débriefing et de la réflexion avant de répondre à la proposition d’accueillir la finale en 2019.

Avec 1 400 spectateurs en tribunes autour du carré d’honneur, et plusieurs centaines d’autres massées devant l’écran géant adossé au palais ducal, les Masters de pétanque se sont achevés en apothéose, jeudi 30 août à Nevers. La septième et dernière étape, avant la finale à Istres, a fait plus que tenir ses promesses, avec des parties pimentées par l’enjeu : « Sur le plan sportif, on ne pouvait pas rêver mieux, puisque six équipes pouvaient encore briguer trois places pour la finale », commentait Maryan Barthélémy, responsable des Masters de pétanque chez Quarterback, la société organisatrice, quelques minutes après une finale intense entre l’équipe de France et la triplette emmenée par le local de l’étape, le Cosnois Stéphane Robineau. « C’est la première fois dans l’histoire des Masters que toutes les équipes sont encore en vie pour la dernière étape. Il y a eu du suspense, et six parties à enjeu. »

La victoire des « Bleus » (les stars de la discipline Henri Lacroix, Dylan Rocher et Philippe Suchaud au diapason de leur palmarès) a privé Stéphane Robineau, Antoine Cano et Kevin Malbec du dernier ticket istréen, mais il en fallait davantage pour gâcher le plaisir des spectateurs ravis de voir réunis plusieurs monstres sacrés de la pétanque, étonnamment accessibles pour des brassées de selfies et d’autographes, même à quelques minutes de la finale.

Maryan Barthélémy ne regrette pas d’avoir accepté la proposition de Nevers Agglomération de poser pour la première fois le chapiteau des Masters à Nevers : « Quand on a vu le site (l’esplanade du Palais ducal, NDLR), on ne pouvait que dire oui. Nous cherchons des lieux en centre-ville, et avoir un monument, c’est mieux pour nous et pour la ville. Du coup, ça s’est concrétisé assez facilement. Les tribunes ont été archi-pleines, il nous manquait peut-être 300 places. Quand on voit qu’il y a 300 ou 400 personnes devant l’écran géant, on peut considérer que c’est un succès. »

Quarterback a déjà entamé les discussions avec Denis Thuriot, président de Nevers Agglomération et maire de Nevers, pour renouveler l’expérience en 2019, en mieux : « Nous allons nous reparler d’ici une quinzaine de jours. Nous aimerions faire la finale ici, le dernier jeudi d’août. Ce serait formidable de la faire juste avant les championnats de France jeunes. Mais il faudrait monter la capacité des tribunes à 2 200 voire 3 000 places. »

Du côté de Nevers Agglomération, le succès populaire des Masters, qui ont rappelé à certains cafés et restaurants du centre-ville l’euphorie des week-ends de Grand prix de France de F1, a bien évidemment été apprécié. Elus et techniciens vont affiner le bilan, au cours des prochains jours, et mesurer les retombées médiatiques – et notamment la retransmission en différé des demi-finales et de la finale sur la chaîne L’Equipe – pour la ville, l’agglomération et les partenaires, avant de se prononcer.

X