Menu

Denis Thuriot, maire de Nevers et président de Nevers Agglomération, a accueilli vendredi 1er juin Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l’Intérieur, pour célébrer le quart de siècle de l’Institut national de sécurité routière et de recherche (INSERR).

L’Institut national de sécurité routière et de recherches (INSERR) est un établissement trop peu connu des Neversois. Pourtant, par le biais de ses activités (formation des délégués au permis de conduire et inspecteurs, perfectionnement des agents, études et recherches, etc.), cet organisme national jour un rôle-clé dans le domaine de la sécurité routière.

Cette année, l’établissement que Pierre Bérégovoy avait inauguré fête ses 25 ans. Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l’Intérieur, a dévoilé une plaque commémorative aux côtés de Denis Thuriot, des élus locaux et des représentants de l’État.

Carole Dabrigeon, directrice générale de l’INSERR, a ensuite mené une visite au cœur de l’ancien monastère de la rue des Montapins, présentant les différents activités de l’établissement, le personnel ainsi que des stagiaires en formation continue. Loin de mener une vie monacale, l’établissement a été salué pour son dynamisme, et son « fort ancrage dans le territoire nivernais, en lien avec les collectivités locales et partenaires sociaux-économiques », a souligné Jacqueline Gourault. Vecteur de l’économie locale, l’INSERR représente plus de 200 emplois indirects.

La ministre a insisté sur le rôle essentiel que joue l’INSERR dans la lutte en faveur de la sécurité routière. Elle a rappelé l’annonce des 18 pistes développées dans le cadre du Comité interministériel de la sécurité routière, dont la mesure-phare est celle de la réduction de 90 à 80 km/h de la vitesse maximale autorisée sur les routes à double sens.
S’exprimant devant la délégation et les nombreux invités, Denis Thuriot a salué cette visite ministérielle, n’oubliant pas de dire un mot en mémoire de son illustre prédécesseur, Pierre Bérégovoy. Jacqueline Gourault de conclure : « Il aurait été fier de ce qu’est devenue cette école aujourd’hui. »

X