03 86 61 81 60 contact@agglo-nevers.fr
Menu

Ouvert mi-juin, Café Vélo a pignon sur place, à Nevers, et figure déjà en bonne position sur le road book de nombreux cyclos, cyclistes, promeneurs ou touristes. La vue sur la Loire depuis la place Mossé, la décoration élégante et surtout l’accueil et la carte des hôtes anglais ont fait de l’établissement un repaire apprécié dans un quartier qui s’apprête à revivre dans les prochaines années.

rénovation des commerces

CAFÉ VÉLO

cafevelo.fr

Les arceaux de couleur arrimés devant la vitrine ont fait des petits. Gage d’un succès croissant après quelques semaines d’existence pour Café Vélo, qui déboule dans la légende des cycles locaux ou de passage avec ses promesses de pause réparatrice et de moelleux ravitaillement « with an English touch » , quelle que soit l’ampleur du périple (1).

Ouvert le 17 juin, l’établissement créé par Charles Masters et Anna McQueen dans une ancienne boulangerie de la place Mossé pose une touche de bleu carte postale dans le panorama qui s’offre aux cyclistes et cyclos arrivant par le pont de Loire – le plus souvent depuis la Jonction et le canal latéral, maillon de l’itinéraire touristique La Loire à vélo.

Habitants du quartier, promeneurs en goguette entre vieux Nevers et quai des Eduens, cyclistes locaux revenant de leur sortie groupée… Café Vélo cultive le brassage des populations sur ses banquettes et son étroite terrasse, autour de ses assiettes mariant avec bonheur produits locaux et recettes britanniques (banana cake, scones, bacon sandwich, etc.), et sous l’œil affable et hypnotique du chien Dave, touffue mascotte des lieux.

La réhabilitation de la place Mossé, qui détournera le jet continu des voitures et camions pour recréer une esplanade apaisée avec vue royale sur le fleuve, donnera sans doute davantage de capacité d’accueil à une adresse déjà copieusement fréquentée. C’est ce projet de la Ville de Nevers qui a inspiré l’idée à Charles Masters. Traducteur (2) avec son épouse après avoir été journaliste à Paris pendant dix ans (correspondant du Daily Telegraph, du Sunday Times et de Hollywood Reporter), mais aussi électricien et cuisinier dans une autre vie outre-Manche, le quinquagénaire anglais a des fourmis dans les jantes : « Cela fait plusieurs années que je me promène avec Dave le long des bords de Loire. Je passais sur cette place deux-trois fois par jour, et je voyais cette boulangerie fermée. J’avais envie de changement, et quand j’ai entendu parler du projet de refaire la place, je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire avec cette boutique. »

Quand il achète le bâtiment aussi haut et étroit qu’une jambe de grimpeur, en novembre 2018, le scénario du Café Vélo est déjà bien avancé dans sa tête de cycliste et cyclo pratiquant : « Il y a beaucoup de cafés de ce genre en Angleterre, ça fait partie de la culture de s’arrêter prendre un bon café et des gâteaux. Mais ici, c’est rare. L’an dernier, on a fait la Loire à vélo, et on n’a rien trouvé d’équivalent. Et dans ce quartier, alors qu’il y a beaucoup de cyclistes, de sportifs, de promeneurs, rien n’est proposé. » Sans surprise, l’étude de marché confirme l’intuition et le manque à combler. Pour faire renaître l’ancienne boulangerie, Charles Masters et Anna McQueen font appel à un peloton d’amis, l’architecte Stéphane Lange et des artisans de première classe – le ferronnier d’art François Pouënat, la faïencerie Georges, la parqueterie Beausoleil de Saint-Amand-en-Puisaye. Au-dessus du café, les deux étages sont aménagés en meublés de tourisme, avec une capacité maximale de huit couchages.

Pour le couple, arrivé en France il y a 20 ans et dans la Nièvre il y a 17 ans (à Champallement puis à Nevers), c’est une nouvelle aventure qui commence : « On espère être précurseurs pour faire revivre ce quartier. Si on donne des idées à d’autres, tant mieux. »

Les travaux d’aménagement du Café Vélo et des deux meublés de tourisme ont bénéficié de subventions de Nevers Agglomération :

  • 5 075 € pour la partie commerce, au titre de l’aide à l’immobilier commercial et artisanal (soit 20 % du montant éligible HT) ;
  • 4 711 € pour les meublés, au titre de l’aide aux hébergements touristiques (10 % du montant éligible HT).

 

  1. Du petit matériel de réparation et des cadenas sont gracieusement mis à disposition.
  2. Pour les tribunaux, entre autres, mais aussi pour le cinéma : « On a par exemple fait les sous-titres des Tuche. »

Centre de préférences de confidentialité

Necessary

Advertising

Analytics

Other

Pin It on Pinterest

Share This