03 86 61 81 60 contact@agglo-nevers.fr

Comment rendre les métiers de l’industrie plus attractifs pour les lycéens ? En utilisant des moyens de communication qui leur parlent – la vidéo en live et le tchat. Ainsi est né « Job en live », un dispositif innovant conçu par le Technicentre SNCF et Nevers Agglomération pour plonger des élèves au coeur d’un métier – et d’une locomotive – sans quitter leur classe.

© Nevers Agglomération

 1. Lycée Pierre-Bérégovoy et Centre scolaire Notre-Dame (Nevers) et lycée Pierre-Gilles-de-Gennes (Cosne-sur-Loire). Les lycées du Mont-Chatelet (Varzy) et Maurice-Genevoix (Decize), qui ont raccroché in extremis leurs wagons à l’opération, pouvaient suivre le direct mais sans le commenter. 

Le 28 mars, la première séance a mis en vedette le métier de technicien essais électriques. Filmés par le service Communication de Nevers Agglomération, deux « vrais » techniciens racontent leur travail in situ, depuis la cabine de pilotage de la locomotive BB 26000 passée au Technicentre pour une rénovation de mi-vie de 80 jours et 1 million d’€.  De l’autre côté de l’écran, sur la chaîne Youtube de Nevers Agglomération, des élèves de Terminale professionnelle de production1 suivent les explications en détail et en direct, commentent, questionnent via la boîte de dialogue.

Cette première a séduit par son originalité et sa capacité à plonger des élèves au coeur d’un métier en toute sécurité.  À l’origine de «Job en live», Tristan Lacombe, responsable du pôle Engin du Technicentre, reconnaît ne pas avoir eu besoin de chercher l’inspiration très loin : « Je me demandais par quel moyen attirer les jeunes chez nous. L’idée m’est venue en voyant mes enfants passer du temps sur Youtube. Les jeunes ont peur de l’industrie, ils en ont une vision un peu noire, vieillotte. Job en live, c’est une façon de casser les codes. »

Une façon, aussi, de montrer l’étonnante variété des savoir-faire à l’oeuvre dans la ruche aux mille salariés : « Un jeune qui a fait un cursus de mécanicien poids lourd ou de menuisier ne pensera pas forcément au Technicentre, alors qu’il peut trouver un travail chez nous. Nous avons une trentaine de métiers différents. » Et des emplois à pourvoir : « Notre charge de travail est en hausse, et elle le restera dans les prochaines années. En 2019, nous avons prévu 38 embauches en CDI, grâce à de nouveaux marchés. Nous avons aussi besoin de plus en plus d’intérimaires ; nous en avons une centaine, actuellement. »

X