03 86 61 81 60 contact@agglo-nevers.fr
Menu

Le Petit Phil rouge (photo Eric Courtet), à découvrir à Pougues-les-Eaux samedi 12 octobre.

D’octobre à mai, période souvent plus calme sur le front culturel, La Maison trace de nouveaux sillons à travers la Nièvre avec sa programmation Côté Jardins. Entre les spectacles familiaux joués dans 21 communes et les circuits de transport gratuits pour six représentations à Nevers, c’est une autre façon d’aller conquérir le public qui s’écrit. Ou comment faire la cour côté jardin.

​​

Plus grand que moi (photo Nelly Blaya)

Programme complet sur www.maisonculture.fr

Côté Jardins dans l’Agglomération :
12 octobre, 20 h, Le Petit Phil rouge à Pougues-les-Eaux
31 mars, Héroïnes à Saincaize-Meauce

Dans le langage théâtral, le côté jardin de la scène est à gauche – vu de la salle. A la place du cœur, donc… L’expression s’imposait comme le titre parfait pour la programmation de La Maison hors de ses murs, à travers la Nièvre. Une saison Côté Jardins au cœur de la démarche originelle de la Maison de la culture, construite dans les années 60 à Nevers sur l’ambition – le rêve ? – d’une culture descendue de son piédestal pour se mêler au peuple.

Un demi-siècle plus tard, La Maison perpétue cette conquête permanente du public en semant des spectacles hors de Nevers, lors d’un gros semestre entre début d’automne et fin de printemps, « la période durant laquelle il se passe le moins de choses », selon Maël Grenier, directeur adjoint de La Maison et responsable de Côté Jardins.

En 2018-2019, la Saison de territoire renouait avec la tradition décentralisatrice de La Maison – alors encore baptisée Maison de la culture de Nevers Agglomération. Une douzaine de communes avaient accueilli des spectacles allant du classique (Shakespeare, Jarry) au contemporain, avec une moyenne de 70 spectateurs par représentation.

Comme annoncé alors, la saison 2 monte en puissance : 21 communes de toutes tailles (de Brinay à Clamecy), 28 représentations, et des spectacles « grand public par leur accès, attrayants mais d’un certain niveau », insiste Maël Grenier. A hauteur d’enfant (Le Petit Phil rouge), dans la tête d’une femme à bicyclette en quête d’essence (Plus grand que moi), dans celle d’un couple en abyme (Première neige), d’une famille tourmentée (Juste la fin du monde – quelques éclaircies…) ou d’agricultrices de tous âges (Héroïnes), etc., la palette de Côté Jardins esquive l’écueil de la monoculture.

A cette offre à domicile ou presque, La Maison ajoute un « match retour », en incitant les Nivernais les plus excentrés à rallier Nevers, grâce à des transports en car depuis Luzy, Château-Chinon, Clamecy, Moulins-Engilbert ou Saint-Parize-le-Châtel, ainsi qu’un tarif réduit. Le problème de la mobilité n’en sera plus un pour aller voir des têtes d’affiche telles que Messmer, Julie Ferrier ou Richard Berry.

X