03 86 61 81 60 contact@agglo-nevers.fr
Menu

Passée de 2000 à 3000 étudiants en six ans, l’agglomération de Nevers est un exemple d’embellie de l’enseignement supérieur hors des grands pôles universitaires que la ministre Frédérique Vidal est venue observer pendant plusieurs heures, vendredi 21 janvier. Un exemple, aussi, de coopération réussie entre collectivités locales, université et Etat.

Le mouvement de déconcentration des métropoles universitaires, au bénéfice des villes médianes, est un des principaux chantiers du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche depuis 2017. Une dynamique dont Nevers pourrait presque être la ville témoin, visitée en tant que telle par la ministre Frédérique Vidal, vendredi 21 janvier : « Nevers représente le symbole d’une forme de vision de ce que doit être l’enseignement supérieur dans les territoires. Ici, vous cochez toutes les cases. »

Démographie étudiante flamboyante (+ 50 % en six ans), ville test du Campus connecté dès 2019, première année d’études de médecine, croissance fulgurante d’un campus des métiers de la santé, etc. : Nevers a conquis ses galons de ville universitaire – la 4e de Bourgogne-Franche-Comté – avec ses 54 filières et ses 3 000 étudiants. La performance valait bien une visite ministérielle, entourée d’une nuée d’officiels (1), passant de l’Institut supérieur de l’automobile et des transports (ISAT) en matinée au site Cobalt, en milieu d’après-midi, après une halte à l’antenne CROUS en centre-ville, pour rencontrer les étudiants du Campus connecté et du PASS (Parcours d’accès spécifique santé).

« C’était un challenge vital pour notre ville et notre territoire de développer l’enseignement supérieur », a insisté Denis Thuriot, maire de Nevers et président de Nevers Agglomération, rappelant que, selon les statistiques, les bacheliers nivernais accédaient plus difficilement qu’ailleurs aux études. « Nous devons donner sa chance à toute la jeunesse, de façon équitable. En cela, le Campus connecté a été une révolution en étant une réponse à l’autocensure des jeunes. Développer l’enseignement supérieur sur notre territoire, c’est à la fois lutter contre l’exode rural et contre un sentiment d’abandon. »

Elue du Creusot, site territorial universitaire historique de Bourgogne, la vice-présidente de la Région en charge de l’enseignement supérieur, Laëtitia Martinez, a plaidé elle aussi pour la « démocratisation » à l’œuvre dans ces campus loin de Dijon et Besançon : « Ils permettent de lutter contre les freins financiers et psychologiques. Les jeunes se disent « quand l’université est chez nous, alors elle peut être pour nous. » Et la facilité des relations dans ces sites permet de les transformer en petits laboratoires, par exemple sur l’hydrogène ou la filière automobile, des domaines stratégiques pour la Bourgogne-Franche-Comté. »

Pour Frédérique Vidal, ce sont les étudiants qui doivent être au cœur de la réflexion : « La démocratisation de l’enseignement supérieur passe par la prise en compte des étudiants tels qu’ils sont. Certains veulent bouger et en ont les capacités, tant mieux pour eux ; d’autres, à 17-18 ans, pensent que partir dans une métropole universitaire représente un sacrifice pour leur famille, alors ils s’autocensurent, ils renoncent. Et il n’y a rien de pire pour un jeune que de devoir renoncer à son avenir. »

Présents en nombre dans le nouveau Bachelor universitaire technologique (BUT) Informatique, ouvert sur le site de l’ISAT, au Campus connecté et au PASS, les jeunes Nivernais rencontrés par Frédérique Vidal ont confié leur satisfaction de pouvoir étudier à Nevers.

  1. Les députés Perrine Goulet et Patrice Perrot ; la sénatrice Nadia Sollogoub ; Laëtitia Martinez, vice-présidente du Conseil régional en charge de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation ; Hicham Boujlilat, vice-président nivernais du Conseil régional ; Wilfrid Séjeau, vice-président du Conseil départemental ; le préfet Daniel Barnier ; Jean-François Chanet, recteur de la région académique ; Vincent Thomas, président de l’Université de Bourgogne ; de nombreux élus et agents de la Ville de Nevers et de Nevers Agglomération, etc.

Pin It on Pinterest

Share This